Gérard Raymond (1948 - 2010)

 

Photo: Photo Gerard RaymondTémoignage de Pierre Tremblay aux funérailles de Gérard le 5 juin 2010 à la Cathédrale de St-Jean-sur-Richelieu

NOTRE AMI GÉRARD

Vous savez, dans la vie, on peut connaître beaucoup de gens qu'on appelle souvent des amis, mais les vrais amis, ceux à qui on peut tout dire, à qui on peut faire confiance, sont rares.

On peut compter sur les doigts d'une seule main le nombre d'amis sincères… Gérard faisait partie de ceux-là. Ça fait plus de 40 ans qu'on connaît Gérard. Quand je dis «on», c'est Madeleine Paillon, Pierre Zuravinski et moi.

On l'a connu dans les bars de notre jeunesse, dont le Richelieu. C'est Serge Tassé qui me l'a présenté. Ce que j'aimais aussi beaucoup, c'est quand j'allais au piano-bar Le Flirt. Gérard était souvent là ... entouré de filles. Gérard avait un charisme incroyable, il connaissait tout le monde.

Il a toujours été un rassembleur. Mado et moi, on s'était séparés depuis quelque temps et c'est lui qui a organisé une rencontre-surprise et ça fait 30 ans qu'on est mariés, tout comme Gérard et Una qui fêtaient aussi leur 30e anniversaire le 3 mars dernier.

Vous ne le savez peut-être pas, mais j'ai eu le privilège d'être « best man » à son mariage avec la belle Una Pritchard. Pierre Zuravinski, quant à lui, a lu la bible.

Ils ont eu, comme nous, un beau garçon, Nicolas...encore célibataire. Pourquoi je dis ça? Parce que Gérard, sur son lit d'hôpital, a essayé de « booker » un rendez-vous à Nick avec une infirmière. il voulait son bonheur.

On sait que Gérard a toujours aimé la bonne bouffe et le bon vin. C'est Mado qui l'a initié avec ses conseils. D'ailleurs, son premier livre de recettes vient de Mado.

C'est aussi Mado, qui lui a fait connaître Brel. À chacune de nos rencontres, il fallait écouter du Brel...au grand désarroi d'Una.

Gérard n'a jamais eu rien de tout cuit dans la bouche. Il a gagné tout ce qu'il a eu. Il a travaillé fort. La vie l'a finalement comblé. Il a eu une belle famille. Il a fait le tour du monde à plusieurs reprises dans son travail et en vacances… Il a mangé dans les meilleurs restaurants, bu du très bon vin et rencontré des gens très importants, mais avec ses amis, c'était toujours un gars simple et attentionné.

Sur la tombe de Brel, il y a une épitaphe qui résume assez bien la vie de Gérard: « ce qui compte dans la vie, c'est l'intensité d'une vie, ce n'est pas la durée d'une vie ».

Mais comment ne pas avoir le cœur brisé quand on perd un être cher comme Gérard. Il va nous manquer énormément et on n'oubliera pas de sitôt son beau sourire moqueur. On se sent tous privilégies d'avoir été un ami de Gérard.

Et si vous le voyez dans vos rêves (c'est comme ça que les anges communiquent), embrassez-le pour nous et dites-lui qu'on l'aimera toujours.

 



Quelques notes biographiques | Facebook

Témoignage de son fils, Nicolas | Page d'accueil



Lise, Denis, Gilles, Thérèse, Gérard, Germain et Pierrette, ses frères et soeurs

Son père, sa mère et sa soeur Johanne

Una, son épouse, Nicolas, son fils, Mado et Pierre Tremblay, des amis
leurs enfants et leurs conjoints